De l’importance de la tradition orale

C’est avant tout par l’écoute et la répétition que la musique irlandaise est transmise. Jouée dans les pubs en Irlande et dans le monde dans des sessions, cette musique est de tradition orale.

Une session/gig au Quiet Man.

Une session/gig au Quiet Man.

À Paris, on a la chance d’avoir régulièrement des sessions dans différents pubs. C’est un très bon moyen de s’imprégner du style de la musique Irlandaise, de façon conviviale.

Vous pouvez par exemple rester les samedi soir au Quiet Man, où une session pleine vitesse commence aux environs de 22h00. Une session à vitesse intermédiaire se déroule au même endroit tous les mercredi. Le jeudi, c’est au pub le Ti-Jos que l’on peut retrouver les musiciens à deux pas des réunions hebdomadaires de l’Association Irlandaise dans le 14e arrondissement. Toujours autour du même horaire.

En tant que slow sessionneur, on se rend compte rapidement que le rythme est un peu soutenu pour jouer en session. Il faut également un répertoire conséquent pour espérer suivre en entier les 3 morceaux que comporte classiquement une suite.
Néanmoins, il ne faut pas hésiter à lancer soi-même un morceau. La première fois, ce ne sera peut-être qu’un seul morceau, et à vitesse lente, mais dans toute bonne session on saura respecter et encourager l’effort du musicien débutant.

En définitive, il ne faut pas perdre de vue que les sessions sont des occasions pour se faire plaisir entre musiciens, chanteurs, danseurs et amateurs de musique irlandaise. C’est à cette condition qu’une session est réussie est agréable à tous.

Alors, en espérant que les slows vous donnent l’envie et le courage de participer !
À +, autour d’une pinte et d’une suite !

Jocelyn